Une start-up a développé une caméra qui ferme les portes du magasin une fois le nombre de clients maximum atteint.

Le confinement qui s’est avéré efficace dans la lutte contre le Covid-19, a été proposé par la majorité des pays pour faire face à la pandémie,  mais peu à peu le besoin de déconfinement se fait sentir et pour éviter une nouvelle contagion une application dotée d’une caméra s’impose.

C’est une solution technique qui fleurissent sur le marché pour aider les commerçants à respecter les règles de prévention liées au déconfinement.

 

Cette start-up compte les entrées et les sorties du magasin et affiche sur l’écran le nombre de personnes à l’intérieur. Une fois le nombre maximum atteint, le boîtier peut alerter le gérant ou un employé du magasin (par sms, mail), diffuser un signal lumineux à l’attention des clients et même actionner la fermeture automatique des portes.

 

Les informations sur l’affluence dans le magasin peuvent aussi être intégrées en temps réel au site web du commerçant de façon à informer les consommateurs avant une éventuelle visite.

 

N’est-ce pas une des premières réponses intéressantes que pouvait apporter la Technologie  pour limiter une nouvelle vague de propagation du Covid-19 dans le processus de déconfinement.

Jean Eldy Saintilma

Pour résoudre la question de la production d’énergie éco-responsable, la Chine s’est inspirée du soleil pour en créer un modèle plus protecteur vis-à-vis de l’humanité.

 

 

Décidément, les chinois repoussent toutes les limites en matière de Technologie, leurs dernières prouesses en est la preuve vivante.

 

Pour certains, l’apogée était atteint avec la construction record de l’hôpital chinois monumental dans la lutte contre le Covid-19 en seulement 10 jours, mais on ignorait ce projet inimaginable qui laisse le monde technologique sans voix.

 

Les scientifiques chinois ont choisi un modèle des plus ambitieux, en matière de production d’énergie : le soleil, et travaillent actuellement sur une version artificielle de l’astre, censée fonctionner, comme l’original, sur le principe de la fusion nucléaire.

 

Lancé en 2006, le programme HL-2M est en bonne voie et devrait être opérationnel en 2020.

L’objectif est de produire une énergie plus propre, moins violentes et moins coûteuse que les options nucléaires actuelles.

 

Le processus repose sur la force des atomes qui, lorsqu’ils fusionnent, produisent une chaleur pouvant être transformée en énergie.

 

Des chercheurs projettent de faire chauffer des molécules d’hydrogène à 200 millions de degrés Celsius, sachant que le soleil, en parlant du vrai, ne dépasse pas les 15 millions de degrés Celsius en son coeur.

 

Si les scientifiques chinois parviennent effectivement à surmonter quelques contraintes techniques, le projet HL-2M pourrait être une formidable source d’énergie sans impact écologique.

La mise en activité devrait se faire par étape, jusqu’à atteindre les températures colossales espérées.

 

Ces réactions physiques sont similaires à celle du Soleil. Cela libère d’énormes quantités d’énergie. Mais dans le cas d’un « soleil artificiel », cette énergie peut être récupérée. En stabilisant le plasma dans le champ magnétique, on peut transférer l’énergie vers les parois de la chambre à vide, d’où l’on peut capter cette énergie et en faire de l’électricité. Augmenter la chaleur ionique, avec le nouveau « soleil artificiel », revient donc à augmenter l’énergie émise, du coup le courant électrique passerait de 1 000 milliards d’ampères à 3 000 milliards, si l’on en croit les scientifiques travaillant sur le nouveau projet.

 

Ce type de réacteur a tout le potentiel pour fournir une immense ressource continue d’énergie propre. « Propre », car, en plus d’être une source naturelle inépuisable, peu risquée et peu coûteuse, la fusion nucléaire n’émet pas de gaz à effet de serre ni de déchets toxiques, une bonne nouvelle dans le cadre de la lutte désespérée contre la dégradation exponentielle de l’environnement.

 

Nous ne pouvons espérer que cette Technologie de haut calibre, à l’instar de la fameuse 5G, ne va pas accélérer la course effrénée de l’humanité à sa perte.

 

Joame BAPTISNE

Techdactu