La Maison Blanche veut savoir si vous avez été «censuré ou réduit au silence» par les médias sociaux.

Aujourd’hui, la Maison Blanche a lancé un site Typeform destiné à collecter des rapports personnels sur la censure des médias sociaux concernant les préjugés politiques.

«Les plateformes de médias sociaux devraient faire progresser la liberté d’expression», lit-on sur le site minimaliste. « Pourtant, un trop grand nombre d’Américains ont vu leurs comptes suspendus, interdits ou frauduleusement signalés pour des » violations « peu claires des règles d’utilisation. »

Pour ceux qui estiment avoir été lésés d’une manière ou d’une autre par l’une des principales plateformes, le questionnaire en 16 parties vous permet de choisir parmi une liste comprenant Facebook,Instagram, Twitter et YouTube, tout en cherchant des tweets spécifiques censurés ou des comptes ciblés. Les utilisateurs peuvent soumettre des captures d’écran et d’autres preuves à l’appui, puis s’inscrire pour «la lutte du président Trump pour la liberté d’expression» après avoir saisi un nom, une adresse e-mail, un numéro de téléphone et avoir prouvé leur véracité en répondant à une question du trivia sur la Déclaration d’indépendance (à robots).

Trump a fait de «l’interdiction de l’ombre» et d’autres affronts perçus contre des voix conservatrices une cause clé ces derniers mois. L’été dernier, il s’est adressé à Twitter pour traiter des problèmes liés à la plate-forme, écrivant ainsi: «Twitter » SHADOW BANNING « d’éminents républicains. Pas bon. Nous allons examiner cette pratique discriminatoire et illégale à la fois! Beaucoup de plaintes. « 

À la fin du mois dernier, le président a rencontré Jack Dorsey pendant 30 minutes au bureau ovale pour discuter de la possibilité de rendre Twitter «plus sain et plus civil», selon l’exécutif technique. Aucun mot sur ce que la Maison Blanche envisage de faire avec les preuves rassemblées.

Leave a Comment

Your email address will not be published.